Un sacré site, un site sacré

Genainville est une petite commune (500 ha) établie dans un vallon verdoyant incisant le plateau du Vexin français. Son territoire, essentiellement agricole, est principalement drainé par le ru de Genainville. Les recherches ont démontré que le vallon des Vaux-de-la-Celle avait été occupé pendant une durée d’environ mille ans.

Dès le VIIIe siècle avant notre ère, les Celtes ont inhumé leurs morts au fond du vallon, là où plusieurs siècles après fut construite une voie dallée pour accéder à un vaste temple. A l’époque gallo-romaine, c’est tout un sanctuaire, et même une agglomération, qui occupe le vallon. Les bâtiments encore visibles en élévation ont été construits entre le Ier siècle et le IIIe siècle après J.-C. Le site fut ensuite définitivement abandonné au Ve siècle, ce qui n’empêcha pas que certains revinrent, peu après, pour récupérer des matériaux de construction (comme les Mérovingiens) ou, bien plus tard, pour tenter de reconstituer l’histoire de ce site (Pierre Orième, Pierre-Henri Mitard et les fouilleurs amateurs du Centre de recherches archéologiques du Vexin français, Isabelle Daveau et Laurent Cholet (AFAN), Didier Vermeersch et, aujourd’hui, Vivien Barrière (université de Cergy-Pontoise + AEVA).

Le sanctuaire antique s’était vraisemblablement concrétisé autour d’une source vénérée pour ses vertus thérapeutiques dès l’époque gauloise. Des ex-voto témoignent de ces pratiques cultuelles et sont présentés au musée archéologique départemental de Guiry-en-Vexin. Le sanctuaire a connu plusieurs états entre le début de notre ère et son abandon au Ve siècle. Il comprend :
Le temple principal
Stacks Image 117
Le temple et le point d’eau (davantage l’affleurement de la nappe phréatique qu’une source proprement dite) se trouvaient au centre d’une aire sacrée délimitée par un mur d’enceinte, le péribole, à laquelle on accédait par un portique ouvert vers l’Est. La particularité du temple principal est de présenter deux cellae (chambres sacrées) accolées qui abritaient chacune une divinité. Il pouvait s’élever de 25 à 30 m suivant les restitutions.

L’édifice de spectacle (le “théâtre”)

Stacks Image 43
Adossé au versant sud du coteau, l’édifice de spectacle s’ouvre vers le nord. Occupant au sol un demi-cercle d’environ 115 m de diamètre il pouvait contenir environ 8 000 places disposées sur des gradins en pierre. A l’est, les contreforts du mur périphérique formaient des niches et des alvéoles qui furent,  au IVe siècle, aménagées en habitations modestes.
Les bâtiments « secondaires » 
Stacks Image 51
Plusieurs bâtiments ont été repérés autour de ce centre architectural, tant au fond du vallon que sur les plateaux alentours.
A l’est du théâtre, le bâtiment dénommé « Pavillon » par Pierre Orième était équipé d’hypocaustes (système de chauffage par le sol).
A l’ouest de l’aire sacrée, les vestiges mis au jour témoignent d’une organisation urbaine avec des bâtiments d’habitation de part et d’autre d’un axe de voirie orienté nord-sud. Au IIIe siècle, une élévation du niveau de la nappe phréatique et des inondations fréquentes entraînent l’abandon progressif de l’occupation en fond de vallon.