Fouiller en temps de COVID

En mars 2020, l’accélération de la pandémie de coronavirus a bouleversé le quotidien de chacun. Cela a-t-il aussi eu des conséquences pour les fouilles archéologiques de Genainville ?

Margaux Turmine : Comme partout en France, nous avons dû adopter sur le site archéologique de Genainville un protocole sanitaire strict durant les fouilles pour limiter les risques de contamination. Grâce à ça et malgré la COVID, les fouilles ont été heureusement maintenues. Il a fallu décaler les dates de fouilles à cause de la situation incertaine : initialement prévues du 15 juin au 17 juillet, les fouilles se sont finalement déroulées du 17 août au 4 septembre 2020. Certains événements ont eux aussi été annulés, comme les Journées nationales de l’Archéologie du mois de juin 2020. Heureusement, les Journées du patrimoine ont pu avoir lieu en 2020 comme en 2021.

Concrètement sur le terrain, qu’est-ce que cela a changé ?

Elena Gateau : Il a fallu appliquer un protocole sanitaire assez éloigné de nos habitudes : masque obligatoire dans les locaux, pendant les fouilles et à chaque début et fin de semaine, lors du covoiturage, dans les véhicules. Pendant les fouilles de 2020, le masque a été constamment porté sur le terrain, sauf cas exceptionnels comme les activités physiques intenses (pioche, pelle) : garder un masque dans ces conditions peut devenir vite difficile, on s’autorisait un peu de répit en s’assurant de respecter les distances de sécurité.

Valentin Simon : Après chaque journée de travail, les outils sont entièrement désinfectés à partir d’une solution à base de javel. De plus, chaque étudiant a une truelle personnelle attribuée au cours des fouilles. En prime, on la garde à la fin de la campagne !

Et en dehors des moments de fouille, dans le bâtiment de vie ?

Cyril de Saint-Martin : Dans les parties communes, le port du masque est obligatoire et nous avons aussi fait en sorte d’ouvrir constamment toutes les portes afin d’aérer le gîte mis à disposition pour les fouilleurs pour réduire encore plus les risques. L’AEVA fournit les masques nécessaires pour une journée de travail, soit deux par jour. De toute façon, les fouilleurs apportaient leurs propres masques en tissu… et gel hydroalcoolique à disposition pour tout le monde.

Valentin Simon : Pour les repas, depuis deux ans, nous avons pris un peu de distance à table : deux personnes par table, avec des tables désinfectées après chaque repas. On privilégie le service à l’assiette, on multiplie les lavages de mains…

Toutes ces règles ont-elles affecté la vie du chantier ?

Ichame Boughriet :  Nous respections aussi les limitations en termes de personnes présentes dans la cuisine. Le vendredi a lieu le nettoyage complet du gîte, bien que celui-ci soit entretenu tout au long du séjour par les fouilleurs. Évidemment, il n’y a pas de bises ou de serrage de main mais cela n’empêche pas de passer du bon temps et de bien rire entre nous, malgré tous ces protocoles sur les fouilles des Vaux-de-la-Celle. Cela n’enlève pas non plus un travail efficace malgré l’effectif réduit.

Avec une équipe réduite de moitié en 2020 et d’un quart en 2021, cela a dû quand même ralentir les recherches, non ?

Thibaud Blanchard : En tant que chantier école, ce petit nombre nous a aussi permis d’être plus sollicités et mieux formés. Et ça a vraiment favorisé la cohésion du groupe. Le respect du protocole nous a permis d’éviter toute contamination lors des campagnes de fouilles, celui-ci a pu paraître strict et difficile à tenir l’été 2020, avec le masque en extérieur, mais en réalité, on s’y est adapté naturellement car il n’est pas trop envahissant. 

La campagne 2021, sans masque à l’extérieur, s’est déroulée sans le moindre souci ! Nous avons même été rejoints par deux étudiantes et un étudiant anglais de l’université de Warwick (après leur « quarantaine » de 7 jours).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.