Journée d’étude. Antiquaires et archéologues à la croisée des savoirs. Antiquités en Bourgogne-Franche-Comté

Borne milliaire avec mention de la distance à Vesontio (musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon) – réf. CIL XIII, 09079

Les premiers archéologues de l’Yonne (fin XVIIIe – fin XIXe siècle) : érudits, antiquaires et folkloristes, par Pierre NOUVEL, PR à l’UBFC (Dijon).

Le contexte local du sud-est du Bassin Parisien, marqué par un maillage assez dense d’évêchés au passé prestigieux (Auxerre, Troyes, Sens, Autun, Langres) a contribué au démarrage précoce des sciences historiques. Les premiers scientifiques dignes de ce nom (Claude Courtépée, L’abbé Lebeuf) ont, dès le XVIIIe siècle, mis en place des inventaires rationalisés des sources archivistiques, mais aussi archéologiques au sens actuel du terme. Cela explique certainement en partie que le département de l’Yonne, qui s’est construit au carrefour de ces anciens territoires, soit parmi les premiers à avoir été l’objet de fouilles suivies de publications dignes de ce nom. Les explorations rationnelles du sanctuaire du Montmarte par Caristie (1822) puis de la villa des Chagnat par le marquis de Chastellux (1832) s’inspirent explicitement des fouilles de Pompei livrant des plans de fouilles accompagnés d’inventaires de mobilier assez complets pour l’époque. L’intérêt pour la chose archéologique plus que pour l’objet, sous-tendu par la valorisation du patrimoine et de l’histoire locale, connaîtra une période faste liée à l’émergence rapide des sociétés savantes locales (SSY à Auxerre, SAS à Sens et SEA à Avallon), toutes extrêmement actives entre les années 1840 et 1910. Cette communication permettra, en particulier, de voir comment les communautés qui s’y croisent, variées par leurs origines autant que par leurs motivations, vont progressivement établir un savoir de qualité en évitant les écueils de l’approche folkloriste.

Les antiquaires et érudits de l’est de la France (Bourgogne-Champagne-Ardenne) face aux revêtements architecturaux gallo-romains : désintérêt/fascination et conservation/destruction (XVIIIe s.-1ère moitié du XXe s.), par Nicolas DELFERRIERE, doctorant en archéologie romaine à l’UBFC (Dijon) – UMR 6298 ARTEHIS

Découverts in situ, effondrés en place ou en remblai, prenant place sur le sol, sur les parois, en couronnement, sur les voûtes et au plafond, et situés à l’intérieur comme à l’extérieur, les revêtements architecturaux gallo-romains (peintures murales, mosaïques, stucs et placages de marbre) sont caractérisés par l’emploi de techniques et de matériaux diversifiés qui les singularisent. Fortuitement, à l’occasion de prospections pédestres et durant les opérations d’archéologie préventive et programmée, ces éléments qui composent le décor sont mis au jour fréquemment et constituent donc une part non négligeable du mobilier découvert sur les sites gallo-romains. Les antiquaires et érudits locaux de Bourgogne et Champagne-Ardenne en ont donc rencontré de nombreux exemples entre le XVIIIe s. et la 1ère moitié du XXe s., mais selon une vision marquée par l’histoire de l’art où primait l’esthétique, seuls les fragments figurés, colorés et bien conservés étaient jugés dignes d’intérêt, et donc ramassés pour être exposés dans des cabinets de curiosité ou musées de sociétés savantes, sans parfois aucune information sur le contexte archéologique et architectural. Cependant, même si les revêtements architecturaux n’ont pas bénéficié du même intérêt que celui porté au décor architectonique, certaines personnalités singulières en ont tout de même réalisé des relevés, ont participé à leur conservation et se sont émues de leur destruction. La communication proposée ici consistera donc à analyser les différents rapports entretenus entre les antiquaires/érudits et les revêtements architecturaux en Gaule de l’Est.

Stèle représentant un dieu aux oiseaux (musée archéologie de Dijon)

La publication de la collection Millon par Joseph Déchelette : histoire d’une œuvre collective, par Sandra PERE-NOGUES, MCF à l’univ. Jean Jaurès (Toulouse)

Cette analyse cherchera à mettre en évidence le contexte dans lequel Joseph Déchelette a préparé et publié cette collection inédite et remarquable d’objets provenant pour l’essentiel de sites archéologiques bourguignons. Il s’agira à partir des nombreuses archives et de la publication elle-même de discerner le rôle que l’archéologue roannais joua dans cette publication aussi bien en tant que coordinateur que promoteur des travaux de nombreux amateurs.

Des portes d’Arroux et de Saint-André d’Autun au Recueil du comte de Caylus : Etienne Martellange (1569-1641) et l’Antiquité par Adriana SENARD-KIERNAN, MCF à l’univ. Jean Jaurès (Toulouse)

À l’image de ses confrères et contemporains, frère Étienne Martellange entretenait des liens étroits avec l’Antiquité et l’architecture gallo-romaine. L’observation, l’étude et la représentation des vestiges qu’il découvrait au gré de ses voyages participait de sa formation artistique et à la diffusion de ce goût pour l’antique hérité de la Renaissance. À la lumière des dessins de l’artiste et de leur fortune auprès de certains collectionneurs du XVIIIe siècle, tel le comte de Caylus, cette communication se propose de revenir sur ces rapports et de s’interroger sur la nature des vues de monuments réalisées par ce religieux architecte.

Vue de la porte Saint-André à Autun par l’architecte jésuite Etienne Martellange (1611)

Bernard Roy, un bourguignon antiquaire en Tunisie, au XIXe siècle , par Houcine JAÏDI, PR à l’univ. de Tunis, PR invité à l’UBFC

Statue de Vercingétorix témoignant de l’intérêt antiquaire de Napoléon III (Aimé Millet / Eugène Viollet-le-Duc, 1865)

Bernard Roy, né en 1845 à Marigny-Le-Caouët, en Bourgogne, est arrivé en Tunisie, en 1867 pour y exercer le métier de technicien du télégraphe. Dans la ville du Kef (Nord-Ouest de la Tunisie), où il a travaillé à partir de 1871, il a aussi exercé la fonction d’agent consulaire. Sa grande curiosité l’a amené à s’intéresser aux mœurs et aux traditions de la région où il habitait ainsi qu’à son histoire ancienne. C’est ainsi qu’il commença à constituer une importante collection d’antiquités.

L’occupation de la Tunisie et l’installation du Protectorat français, en 1881, allaient ouvrir de nouveaux horizons au collectionneur bourguignon. Elles lui permirent aussi d’entrer en contact avec des explorateurs et des savants français de passage en Tunisie ou travaillant au jeune Service des antiquités. Les rapports entretenus avec  des officiers de l’armée française lui ont donné l’occasion d’enrichir sa collection d’objets archéologiques et d’inscriptions latines. Parmi les relations scientifiques du collectionneur figurait l’explorateur Jules Poinssot, lui aussi bourguignon, le fondateur d’une ‘’dynastie’’ d’archéologues qui ont marqué l’histoire contemporaine de la Tunisie pendant plus de trois quarts de siècle. L’expérience de Bernard Roy en tant qu’antiquaire dura, pour l’essentiel, jusqu’en 1889, date à laquelle il fut appelé  à une très haute charge administrative à Tunis.

De par son profil atypique, le lieu de conservation, la destinée finale de sa collection d’antiquités ainsi que son appartenance à un large réseau de correspondants scientifiques, Bernard Roy a occupé une place à part dans la régence de Tunis en contexte précolonial puis colonial.

À la croisée des savoirs. Voyage dans le Jura dans les pas de Désiré Monnier (1788-1867), par Arianna ESPOSITO, MCF à l’UBFC (Dijon) – UMR 6298 ArTeHiS, Sophie MONTEL, MCF à l’UBFC (Besançon) – EA 4011 ISTA

Depuis le XVIIIe siècle, les découvertes archéologiques fortuites ont contribué à la construction d’un passé et d’une production mémorielle du Jura, apanage, à cette époque, d’érudits nourris d’une littérature variée, de l’histoire des mœurs jusqu’à une histoire des objets ou des monuments. Le choix de Désiré Monnier, arpenteur géomètre aux Eaux et Forêts, puis archiviste, historien, archéologue de Franche-Comté et conservateur du musée départemental du Jura, auteur de nombreuses notices parues dans L’Annuaire du Jura entre 1840 et 1860, comme exemple archétypal de cette dynamique s’inscrit dans l’actualité récente : les 200 ans du musée de Lons-le-Saunier.

Monnier représente le savant-type de cette époque. Un regard attentif aux titres de sa bibliographie relève rapidement la récurrence de deux schémas spécifiques. Car ce savant s’intéressait à la fois aux témoignages du passé de la région – la Séquanie antique, dont il tenta de déterminer les limites –, mais aussi aux éléments du folklore et du paysage, manifestant ainsi un souci qu’on qualifierait aujourd’hui de pluridisciplinaire. Son approche, qui consistait à illustrer la vie, les mœurs, les coutumes et les croyances des anciens peuples, se plaçait résolument dans une perspective ethnique. Une partie de ses travaux ont fait l’objet d’une publication récente et six carnets de dessins sont conservés à la Bibliothèque d’études et de conservation de Besançon, témoignages de son intense activité d’antiquaire et, plus généralement, d’érudit.

À la croisée des savoirs mobilisés par son érudition, nous proposerons une découverte des sites antiques du Jura tels que repérés ou étudiés par Désiré Monnier. Le développement suivi visera à analyser la manière dont s’élaborent ses modèles théoriques, comment s’organise la reconnaissance de son autorité par ses pairs et la pertinence (ou non) de ses intuitions.

Bas-relief représentant Mercure et sa mère Maia (musées et théâtres romains de Lyon), présenté au MuséoParc Alésia lors de l’exposition Coq ! (2018)

Messieurs Théophile et Jean-Jacques Bruand et Riduet. Trois collectionneurs et érudits bisontins au début du XIXe siècle, par Julien COSNUAU, responsable des collections archéologiques du MBAA (Besançon)

Parmi les fonds importants des collections d’archéologie du Musée des beaux-arts et d’archéologie de Besançon se trouvent les collections dites « Bruant » et « Riduet ». Les spécificités de chaque fonds, depuis leur constitution jusqu’à leur intégration aux collections du Musée permettent d’évoquer les prémices d’une archéologie régionale (franc-comtoise et bisontine) alors même que cette dernière n’était pas encore constituée comme science. D’autre part, les éléments constitutifs de ces collections, les objets archéologiques eux-mêmes, permettent d’envisager une réflexion plus prosopographique des collectionneurs, qu’il convient de re-contextualiser dans l’historiographie de l’archéologie et de l’histoire de l’art.

Editore, traditore. Recension critique de la réédition de l’Histoire de l’antique cité d’Autun d’Edme Thomas (1660) en 1846, par Vivien BARRIERE, MCF à l’UCP (Cergy-Pontoise)

Originaire de Dijon, Edme Thomas s’établit à Autun à partir de 1638. De son Histoire de l’antique cité d’Autun, seules les 104 premières pages furent publiées en 1660, le décès soudain de l’historien mettant un terme à l’impression. On connaît toutefois la version complète de l’Histoire d’Edme Thomas car la partie non imprimée avait pu être recopiée à partir du manuscrit original de l’historien. Les éditions de 1660 sont assez rares et on trouve surtout l’ouvrage sous sa forme rééditée par les soins de deux membres de la Société Eduenne, l’abbé J.-S.-A. Devoucoux et J. de Fontenay, en 1846 : ces deux éditions présentent toutefois des variantes sur lesquelles il est fondamental de revenir si l’on veut faire la part des choses entre les propos de l’auteur et ceux des très présents éditeurs.

Extrait de la réédition en 1846 de l’Histoire de l’antique cité d’Autun initialement publiée en 1660 par Edme Thomas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.