Journées du patrimoine 2018 à Genainville

Pour les journées européennes du patrimoine, le site archéologique de Genainville ouvre ses portes !

Les visites seront assurées par le responsable d’opération et par celles et ceux qui ont fouillé le site durant la dernière campagne  : venez nombreux !

L’accès se fait par la commune de Genainville. Prendre la route de droite quand vous ferez face au portail d’accès à l’étang des moines et au restaurant Fish and frog.

Une aire de stationnement est disponible à 100 m de l’entrée du site archéologique.

Les visites ont lieu le samedi de 14h à 18h et le dimanche de 10h à 18h. Dernière visite à 17h30.

https://openagenda.com/jep-2018-ile-de-france/events/visite-commentee-du-site-archeologique-de-genainville

 

Pendant ce temps, à Guiry en Vexin, au musée archéologique départemental : https://openagenda.com/jep-2018-ile-de-france/events/archeologie-experimentative-reproduction-1-1-d-un-mur-antique?lang=en

Jérôme Wassermann (UCP) présentera une maquette de mur gallo-romain à l’échelle 1:1  dont la construction a commencé pendant la campagne de fouilles 2018 (avec des matériaux antiques issus du site).

Les vestiges classés monument historique, comme ceux du site archéologique des Vaux de la Celle à Genainville (Vexin français), subissent souvent leur environnement, que ce soit en milieu urbain (pollution, saisons, climat) ou en milieu rural (nappe phréatique, saisons, climat). Des altérations, des endommagements peuvent apparaître et rendre la conservation et la restauration difficiles.

Une équipe de recherche pluri-disciplinaire dirigée par l’Université de Cergy-Pontoise présente une expérience innovante permettant de reproduire les conditions environnementales subies par les bâtis gallo-romains des Vaux-de-la-Celle. Une reproduction de mur de Cella du temple de Genainville est construite à l’échelle 1:1. La construction suit le plus fidèlement possible les méthodes et matériaux de construction antiques. Une nappe phréatique artificielle reproduit les conditions rencontrées sur site où la nappe phréatique affleurante est au contact des fondations du temple. Des capteurs sont placés dans les maçonneries afin de suivre à différentes échelles (de temps et d’espace) les grandeurs physiques témoins des impacts de l’environnement sur les maçonneries.

Cette reproduction permet également de tester des nouveaux matériaux pour la restauration (mortiers analogues aux mortiers gallo-romains, briques, etc.) ou encore de nouvelles techniques de caractérisation et de suivi des endommagements des bâtis du patrimoine.

Par l’Université de Cergy-Pontoise et la Fondation des Sciences du Patrimoine

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.